IN

VIVO

CLINIC

GENEVA

Haptonomie :: Dr-Mock

L'haptonomie

Science de l'affectivité

Tout organisme, de la cellule la plus élémentaire à l’embryon ou un organisme pluricellulaire comme l’être humain, existe dans son environnement (le monde) grâce à un système complexe permettant des facultés de PERCEPTION (hapsis) aussi différentes que connaître, estimer, évaluer, discerner, distinguer, sélectionner, séparer de prendre, d’ap-prendre, de com-prendre, d’ordonner, de coor-donner, d’encoder, de stocker et de mémoriser.

voir la vidéo
Dr Mock

L'haptonomie

Science de l'affectivité

Tout organisme, de la cellule la plus élémentaire à l’embryon ou un organisme pluricellulaire comme l’être humain, existe dans son environnement (le monde) grâce à un système complexe permettant des facultés de PERCEPTION (hapsis) aussi différentes que connaître, estimer, évaluer, discerner, distinguer, sélectionner, séparer de prendre, d’ap-prendre, de com-prendre, d’ordonner, de coor-donner, d’encoder, de stocker et de mémoriser.

Read about
Dr Mock

Haptonomie & Haptosynesie

Qu'est-ce que l'haptonomie ?

Tout organisme, de la cellule la plus élémentaire à l’embryon ou un organisme pluricellulaire comme l’être humain, existe dans son environnement (le monde) grâce à un système complexe permettant des facultés de PERCEPTION (hapsis) aussi différentes que connaître, estimer, évaluer, discerner, distinguer, sélectionner, séparer de prendre, d’ap-prendre, de com-prendre, d’ordonner, de coor-donner, d’encoder, de stocker et de mémoriser. Tout cela est présent dans le TACT archaïque, une sorte de sensorium vital, originel à l’origine du sens primitif de perception de la vie, un principe-de-vie essentiel, l’HAPSIS. Ce qui est utile à la vie, un Bon- vital éveille une sensation de bien-être, de plaisir, de délectation chez les êtres plus complexes. Imaginons les premières cellules ou premiers êtres cellulaires, le protozoaire, ou même l’embryon entrant en contact sensitif-(a)perceptif avec son environnement (monde extérieur) en « tâtant » et « ressentant » par l’intermédiaire de récepteurs membranaires sur son enveloppe cytoplasmique. Il s’agit d’une véritable intelligence originelle basée sur ce tact primitif à l’origine de la raison et de l’affectif. Ce sont les bases de l’ETHIQUE (perception du bon) et de l’ESTHETIQUE (perception du beau) de l’être humain.

https://www.haptonomie.org/fr/

Haptonomie & haptosynesie

Comment pratique- t-on l’haptonomie ?

in

vivo

L’HAPTOSYNESIE concerne essentiellement l’application de la phénoménalité haptonomique (cf supra) aux soins des personnes, les aidant à faire face à leur maladie ou handicap voir la dépasser en leur donnant toute leur dignité, autonomie et verticalité par la confirmation-affective qui seule leur permettra de mobiliser leur intentionnalité vitale et leur capacité de discernement de ce qui est bon pour eux. Etymologiquement, Hapto- en grec vient de, percevoir, saisir par les sens-tact, vision, goût, olfaction, ouïe et le sentiment, se mettre en contact avec. Synésie, syn- ensemble et eimi-être, synesis- rencontre, jonction, compréhension, connaissance, conscience. Le patient est guidé tout au long des soins vers l’extensus rationalis (assensus et circumsensus) que l’on devrait faire découvrir au moment des trois séances de découverte ainsi que de la 4ème séance. De manière générale, le patient vit sa maladie comme une catastrophe intime, une blessure narcissique. Sa manière d’être au monde peut se traduire en état de vulnérabilité et d’insécurité que l’on appelle l’extensus insensus. Dans cet état le patient est limité non seulement par les limites inhérentes à son handicap, à sa constellation significative mais aussi par les limitations qui se surajoutent en raison du MIR, monde interne des représentations spécifiques, qu’une approche haptonomique peut transformer par une prise de conscience progressive des facultés haptiques partant de la perception afin de guider le patient vers une koïnesthésie, une complétude, un plaisir de vivre et d’exister malgré la maladie.
 

L’approchant (thérapeute) s’invite lui-même à VIVRE l’instant présent dans sa complexité et totalité en faisant appel à une faculté essentielle chez l’homme et pourtant peu développée, L’HAPSIS, une sensorialité initiale présente dès le début de la vie, véritable intelligence archaïque faisant le lien entre l’organisme et son environnement, lui permettant de discerner ce qu’il vit, de se mettre en mouvement et de tendre vers le Bon pour lui y compris le renoncement thérapeutique conscient et assumé. Par sa faculté happerceptive (au-delà de soi) l’approchant pourra être, dire et faire au mieux par rapport à l’approché dans ces situations parfois délicates. Cela vient du grec haptein qui veut dire mettre en relation. L’haptonomie relève d’une rencontre authentique entre deux sujets, l’un approchant, l’autre approché dans la réciprocité vivante de l’expérience. C’est une faculté propre à l’humain de se sentir sujet dans son corps ici et maintenant, présent à soi-même avec tous ses sens en éveil, tout son happerception (hapsis et perception), lui permettant d’entrer en relation et d’être présent au monde dans lequel il vit, d’y prendre sa place et de faire place à l’autre avec ses émotions les plus intimes, son monde affectif. C’est la possibilité pour un thérapeute, conscient et présent à lui-même comme la mère avec son enfant, d’inviter grâce à la confirmation de son contact le patient, de mettre en mouvement ses facultés réceptives qui lui permettront de ressentir une complétude source de bien-être, de plaisir et de certitude autonome pour ce qu’il sied à sa vie.

La rencontre d’une personne, un sujet-être, d’abord avec lui-même avec sa pleine conscience de la richesse, de l’infini et de la complexité de son monde affectif, allant à la rencontre de son soi ou ipséité comme horizon ou sens de son existence en s’en rapprochant au fur et à mesure de sa maturation affective, puis au monde environnant et à l’autre, un sujet-être différent et unique dans l’Amour inconditionnel et le respect : la philia.

En thérapeutique, il faut dire que toute personne possède des facultés haptonomiques plus ou moins développées. On les appelle de façon quelque peu simplifiée d’empathie, de gentillesse ou de qualité humaine. En fait, c’est plus complexe. C’est un véritable art de soigner ou plutôt un art de l’accompagnement de l’autre suscitant la mise en mouvement chez l’autre de son

hapsis, de sa libido vitalis afin qu’il puisse affronter de façon digne et autonome sa maladie.

Son expérience peut se faire par le contact thymesthésique, une rencontre affectivo-confirmante entre deux personnes, un approchant (thérapeute) et un approché (le patient) possible par la mise en route d’une présence à soi allant vers l’autre dans l’hic et nunc sans mentalisation en restant ouvert à l’autre dans le respect, la transparence et sans jugement ni parole toute la personne en mettant en mouvement tout son HAPSIS. C’est une invitation dans sa corporalité animée de rencontrer l’autre par le contact thymotactile qui peut se pratiquer de plusieurs façons. Il y a un réel engagement de notre corporalité animée à être là pour l’autre. Et puis la magie du contact utilisant toutes les facultés haptiques de l’un et de l’autre opère et fait basculer l’un et l’autre dans l’univers complexe de l’affectif au-delà de l’espace et du temps qui permet de se sentir en sécurité et reconnu dans son Etre, de véritables bonbons de la vie (extentus affectus-manière d’être au monde) nous permettant de se sentir pleinement vivant dans un corps animé intégrant le monde complexe de l’affectif soit des émotions préservant ainsi ce plaisir de vivre, cet LUST ou délectation des expériences de la vie. C’est être présent à soi-même et à son univers affectif et rencontrer l’autre dans une relation authentique, prudente et patiente avec une complète transparence. C’est la possibilité pour un être humain de vivre une expérience de rencontre dans son for intérieur mettant en mouvement chez lui-même et l’autre le monde des émotions grâce à la magie de la THYMESTHESIE avec ou sans contact.

Dans les deux cas il y a ainsi cette prise de conscience qu’une personne humaine, tant soi-même que l’autre est plus qu’une corporéité, un corps anatomo-physio-pathologique lorsque l’on intègre la dimension de vécu affectif (émotions, « l’âme »), la corporalité animée ainsi que l’être profond qui nous constitue avec sa conscience éthique et esthétique, le thymos. Il y a la découverte que philogénétiquement et ontologiquement l’être humain comme les premiers

organismes unicellulaires au moment de l’apparition de la Vie sur terre est organisé pour la rencontre avec le monde qui l’environne faisant de lui un récepteur, émetteur, transformateur transformé et transformable comme le dit Jean-Louis Revardel avec un objectif vital, esthétique et éthique de VIVRE LE BON.

En haptonomie, le concept de l’HAPSIS, cette force de vie (vis vitalis) se transformant en plaisir de vivre (libido vitalis) source des facultés haptiques est présente chez toute personne plus ou moins développées.

Dr Mock

"Être pour mieux avoir"

Dr méd.Pascal Mock

CONTACTEZ-NOUS

Thanks!
×